AddInto

 

2010-01-27 00:01:34

Les Jeux olympiques sont une célébration telle qu'on a le sentiment d'être un briseur de fête quand on en fait la critique, surtout quand la fête se termina, comme ce fut le cas en 2006 à Turin, par une prouesse du maire tétraplégique de la ville qui accueillerait les prochains jeux, ceux de 2010: Vancouver. Il est clair aussi que le sport, et les Jeux olympiques favorisent le sentiment d'appartenance. Le témoignage personnel de Sam Sullivan sur ce point est tout aussi éloquent que sa prouesse de Turin.

  Harmonie et puissance

  L'Apollon du Belvédère

  Michael Phelps

Les Jeux olympiques sont une célébration telle qu'on a le sentiment d'être un briseur de fête quand on en fait la critique, surtout quand la fête se termina, comme ce fut le cas en 2006 à Turin, par une prouesse du maire tétraplégique de la ville qui accueillerait les prochains jeux, ceux de 2010: Vancouver. Il est clair aussi que le sport, et les Jeux olympiques favorisent le sentiment d'appartenance. Le témoignage personnel de Sam Sullivan sur ce point est tout aussi éloquent que sa prouesse de Turin.

Il est tout aussi évident cependant que le sentiment d'appartenance peut prendre la forme du fanatisme: ce fut le cas à Berlin en 1936. Le sport olympique servit alors d'instrument à des visées totalitaires. On lui a souvent reproché aussi, à Atlanta notamment, d'être asservi à des visées commerciales. Il faut faire l'hypothèse que les Jeux ne satisfont adéquatement le sentiment d'appartenance qu'à certaines conditions. Quelles sont ces conditions? Seul l'esprit critique peut nous permettre de bien les circonscrire.

Qui songerait à reprocher aux commentateurs des Jeux olympiques de mettre trop l'accent sur les efforts personnels que les athlètes ont dû faire pour devenir des champions? Le poète Pindare au début des Jeux de l'antiquité s'émerveillait plutôt devant les dons faits par la nature aux meilleurs athlètes. Soulignons au passage que ce sont des poètes comme Pindare qui jouaient dans l'antiquité le rôle de nos commentateurs statisticiens.

Le philosophe américain Michael Sandel a pourtant formulé une telle critique, dans un article maintes fois commenté : The case against perfection, Un plaidoyer contre la perfection. Cet article, paru dans The Atlantic en 2004, conserve toute sa pertinence. Le titre surprend au premier abord, car comment peut-on s'opposer à la perfection? On ne peut en effet qu'admirer la perfection si elle se confond avec l'amour. On l'admire encore si elle prend la forme de la beauté intérieure (bonté) se manifestant à travers la beauté extérieure. C'est l'idéal grec de la kalokagathia, de kalos beau et agathos, bon. Mais pour peu que la bonté s'éloigne de l'amour dans cette synthèse, on risque, au nom d'un tel idéal, de devenir dur à l'endroit des êtres les moins harmonieux, à l'instar d'Ulysse qui, dans l'Illiade malmène le bossu Thersite.

On reste dans l'ordre de l'être quand on associe la perfection à l'amour et à la beauté, mais le plus souvent, on réduit la perfection au faire, on l'associe non pas à la personne elle-même mais à certains de ses actes, lesquels sont comparés à d'autres actes et aux records dans le cadre, par exemple, des Jeux olympiques. C'est le mot performance qu'il faudrait alors employer, mot apparu au XIXe siècle en Angleterre dans le monde des sports équestres.

Dans les faits, c'est la performance qui devient la valeur absolue à laquelle on subordonne et sacrifie tout le reste. Non seulement prend-on le risque de développer démesurément certains muscles, ce qui détruit l'harmonie du corps, mais encore on ne s'intéresse à l'être, à la vie intérieure que comme moyen d'accroître la concentration et la détermination. Ainsi le corps et l'âme elle-même deviennent des instruments au service de la seule faculté demeurant importante dans l'être humain: la volonté de gagner. À noter que le plaisir concret lié au libre exercice, qui est l'essence du jeu et du sport, passe au second plan par rapport à l'étrange plaisir abstrait lié au fait d'abattre un record.

On aura compris que cette hiérarchie des valeurs est la réplique exacte de celle qui prévaut dans une vision du monde où la nature, dans son ensemble, est subordonnée et sacrifiée à l'objet de croissance du PIB. Dans ce contexte, le recours à des procédés artificiels pour accroître la performance de l'être humain va de soi. C'est ainsi que l'homme augmenté est apparu. Augmenté, et non amélioré! Nous traduisons le verbe anglais to enhance par augmenter.

En raison des progrès accomplis dans les sciences et les techniques de la vie, chacun a l'embarras du choix des moyens artificiels pour augmenter tantôt sa mémoire, tantôt son endurance, tantôt sa puissance sexuelle. Et le contexte est tel que les raisons de le faire paraissent plus nombreuses et plus fortes que celles de ne pas le faire. C'est une question de choix individuel. Or tout le monde sait que le choix individuel est un absolu dans les démocraties libérales. Le faible dans ces conditions risque d'apparaître comme étant celui qui n'a pas fait le choix de devenir fort au moment où ce choix lui était offert.

Il faut craindre qu'il n'y ait de moins en moins de compassion et donc d'appartenance profonde, dans la mesure où l'on aura de plus en plus de raisons de penser que la faiblesse est la conséquence de la non augmentation de l'homme plutôt qu'un don de la nature. Dans un monde où les hormones de croissance seront à la portée de tous, on aura tendance à être plus sévère pour les personnes de petite taille. Ce n'est pas la nature qui apparaîtra comme la cause de cet état, mais une négligence de la personne en cause ou de ses parents. L'importance démesurée qu'on attachera alors au mérite personnel ne pourra que refroidir et durcir les rapports humains. L'humanité ressemblera à une équipe de ballon-panier. On reprochera d'autant plus aux joueurs de petite taille d'affaiblir l'équipe que l'on aura plus de raisons de penser qu'ils sont dans cet état par leur faute. Ou pire encore, on regardera avec suspicion les parents d'un enfant handicapé! On leur reprochera de ne pas avoir fait le nécessaire pour éviter ce problème par un avortement préventif.

C'est l'une des craintes de Michael Sandel. Il lui oppose une philosophie du don: considérer que l'être non désiré est un don de la nature aussi précieux que l'être désiré, considérer également que quelles que soient nos performances actuelles, ce qui nous a été donné au départ est plus déterminant que notre mérite personnel.

« Mais après tout, écrit Sandel, pourquoi les bien nantis génétiques devraient-ils quelque chose aux plus fragiles de la société ? La réponse repose essentiellement sur la notion de la gratuité des dons. Les talents naturels dont jouissent les gagnants ne relèvent pas d’eux mais d’un heureux hasard; ils sont le résultat du jeu de loterie génétique. Si ces bonnes dispositions génétiques sont des dons, plutôt que des perfectionnements dont nous pourrions nous attribuer tout le crédit, c’est une erreur et un mensonge de croire qu’ils nous donnent pleinement le droit d’en tirer tous les fruits bienfaisants dans une économie de marché. Nous avons une obligation de partager cette richesse avec ceux qui, sans qu’il y ait faute de leur part, sont dénués de talents comparables.»

Il est clair que les Jeux olympiques dans leur forme actuelle renforcent la méritocratie et sont un facteur de déshumanisation. Le respect intégral de l'amateurisme serait la première condition à remplir pour redresser la situation. La seconde condition serait le rétablissement de la perfection humaine comme fin à la place de la performance . Bien peu de gens prendront ces conditions au sérieux, tant elles paraîtront utopiques. Mais ceux qui estiment le statu quo satisfaisant devront répondre à la question suivante: Comment croyez-vous que nous pourrons redresser l'ensemble de nos rapports avec la nature, réapprendre à apprécier et à respecter ses dons, en assurer la pérennité, si nous n'opérons pas cette conversion d'abord dans le domaine du sport, qui est aussi celui de la gratuité? Conclusion de Sandel: « Renoncerons-nous à notre vision de la vie comme don gratuit pour en être réduit à n'affirmer ou à ne posséder rien d’autre que notre volonté propre? »


Les qualités des hommes, surtout lorsqu'elles sont éminentes, ne sauraient s'expliquer par une origine humaine : " C'est de toi, Zeus, que viennent aux mortels leurs grandes excellences" , ''et la sagesse des meilleurs est de porter plus bellement que les autres " la puissance que le dieu leur donne.".(σοφοὶ δέ τοι κάλλιον φέροντι καὶ τὰν θεόσδοτον δύναμιν)(Pyth., V, 13)
Ces qualités mêmes .ne sont opérantes que si les dieux s'en mêlent et ils ne les rendent telles que par l'octroi des µaxavai: " Des dieux en effet vient toute l'efficace de ce à quoi excellent les hommes, qu'ils soient talentueux, forts de bras ou bien-disants." » (Pyth. I, 41-42) 1

 

 

Comments

Bonjour monsieur Dufresne, Ce commentaire contient notamment une lettre à la...

Posted 2010-02-23 12:48:09
Bonjour monsieur Dufresne,

Ce commentaire contient notamment une lettre à la ministre française de la santé, de la jeunesse et des sports


Félicitations pour votre locution “Le sport durable” et pour votre document
http://lalettredelagora.org/fichiers/sport_durable.pdf/

D’un point de vue médical, je plaide sans le même sens sur mon site :
http://www.parlersante.fr/sports_sante_plaisir.htm/

Nous avons une ministre de la santé, de la jeunesse et des sports à qui j’ai écrit à plusieurs reprises, la dernière fois le 24 janvier :

Objet : préférer les sports de santé aux sports qui font plus de mal que de bien.

Madame la Ministre,

Les sports de santé sont des sports d’endurance praticables 52 semaines par an sans esprit de compétition. La jogue, le vélo, la natation de fond et la marche sont les principaux. En outre, pour leur santé mentale, les adolescents, en pratiquant des sports d’équipe pendant deux ans, apprennent à respecter les règles et les personnes.

“L’épidémie de blessures du ski alpin fait toujours débat” titre aujourd’hui un quotidien. Evoquant les descentes de plus en plus vertigineuses, les slaloms de plus en plus contraignants, le Dr. Pierre Chambat, président de la commission médicale de la Fédération française de ski a déclaré : « Cette escalade, c’est de la folie ! » Déclaration méritoire car les médecins et chirurgiens du sport vivent pour une bonne part des dommages.

Dans ma lettre du 2 septembre 2008, j’avais attiré votre attention sur ces dommages croissants des compétitions. Dans celle de février 2009, je vous avais proposé la crise comme motif pour vous désengager progressivement des subventions aux entraînements et aux compétitions. Je vous ai encore signalé, en octobre 2009, la fréquence des consommations nocives d’alcool et de drogues chez les athlètes retirés tôt ou tard de la compétition, et qui échappent alors à leurs médecins du sport. Vous avez eu l’obligeance de me répondre, mais par l’entremise de M. R. Le Joubioux. Comme beaucoup de vos conseillers peut-être, il appartient au milieu de la compétition.

Des détails se trouvent sur mon site, à
http://www.parlersante.fr/sports_sante_plaisir.htm

En réduisant de 5% chaque année les subventions aux sports qui font plus de mal que de bien, et en expliquant pourquoi à l’opinion publique, ne seriez-vous pas authentiquement notre ministre de la santé et des sports ?

Je vous prie, Madame la ministre, d’être assurée de mes respectueux hommages.

Amicalement vôtre,
--
Pr. François Besançon
http://www.parlersante.fr
"Parler en famille : sports de santé, tabac, drogues, alcoolisme, suicide"

http://epe77suddroguescm2.jimdo.com
"Les 11-13 ans face aux drogues"

Le 13 fevrier 2010, la sante par le sport,je suis handicapees sante mentale et...

Posted 2010-02-13 22:32:12
Le 13 fevrier 2010, la sante par le sport,je suis handicapees sante mentale et visuelles sela ne m,empeche pas de faire de l,informatique.participaction et kino quebec. Et je garde mon sport en sante.Sans drogues.Le hockey.sport officiel du Canada et tout les sports d,hiver.merci Francois Dube.

Admettons que la perfection se décrive comme «le degré le plus haut dans une...

Posted 2010-02-06 19:31:28
Admettons que la perfection se décrive comme «le degré le plus haut dans une échelle de valeurs» (Le petit Robert 2110, p.1859). Le concept de «valeurs» nous renvoie forcément à une culture, une époque, à la limite un individu. La perfection, celle de l'art, du sport, de la morale, de la beauté («Beauty is in the eye of the beholder» a écrit Shakespeare), est donc l'expression du jugement d'une époque sur un phénomène donné. Elle résulte des valeurs suprêmes ou idéales définies par une culture. Et ces valeurs sont elles-mêmes transitoires; elles changent avec les civilisations et les cultures. En revanche, «être», c'est-à-dire «avoir une réalité, une existence», ne comprend que deux modes qui échappent tous deux au jugement de valeur: il est ou il n'est pas. Ce dont on juge, ensuite, ce sont les attributs de cet être, son comportement, ses actes, etc., toutes choses qu'il devient possible de mettre en regard de nos valeurs. Alors seulement devient-il possible de parler de «perfection». C'est en ce sens que j'en faisais une fonction de l'objet et non de l'être.

La perfection est toujours une fonction provisoire de l'objet. Jamais de...

Posted 2010-02-04 22:08:01

La perfection est toujours une fonction provisoire de l'objet. Jamais de l'être. À ce propos, une ancienne légende: Un sultan reçut un jour la visite d'un homme qu'on disait si habile qu'il parvenait à enfiler des petits pois sur une aiguille en les lançant à dix pas de distance. Invité à s'exécuter devant la cour du sultan, l'homme enfila ainsi vingt pois sans en manquer un seul. C'était la perfection. «Tu auras ta récompense», lui dit le sultan. Et il lui donna une pleine poche de petits pois. Salut! Desrosiers

Reply:

«La perfection est toujours une fonction provisoire de l'objet, jamais de l'être.» J'ai beau réfléchir à cette pensée, je ne la comprends pas, mais j'aimerais la comprendre. Pourriez-vous expliciter votre pensée? L'exemple de l'enfileur de petits pois m'a mis sur une piste,.mais est-ce la bonne? Dois-je comprendre que l'athlète ne peut pas prétendre se rapprocher de la perfection en tant qu'homme, que la perfection en est réduite à se réfugier dans une performance qui lui vaudra peut-être un record mais sera bientôt dépassée?

Bonsoir, Jacques Dufresne ! Je suis quelque peu agacé par toute la place que...

Posted 2010-02-04 21:28:51
Bonsoir, Jacques Dufresne !

Je suis quelque peu agacé par toute la place que prennent dans l'espace médiatique les Jeux de Vancouver qui ne sont même pas encore commencés. Mais j'ose à peine avouer cet agacement ... J'entendrais alors fuser les "Mais est-il jaloux?", "Sur quelle planète vit-il?", etc

Votre texte me console, il me fait comprendre la source de mon sentiment si peu conforme à la norme... Merci ! Et vive la sagesse grecque!

Jules Bélanger
Gaspé

Jacques Dufresne est éditeur de L'Encyclopédie de L'Agora. Fondateur de la revue Critère, chroniqueur à La Presse et au Devoir pendant de nombreuses années, il a organisé des colloques et des débats qui ont laissé leur empreinte sur la société québécoise. [Suite...]

Infolettre

Pour demeurer au courant des nouveautés du site, abonnez-vous à notre infolettre.
 

Commentaires

2010-04-19 10:46:58
Katia Bellisle
2010-04-19 05:28:31
Danielle Fisch
2010-04-12 07:54:47
annie grandmont
2010-04-06 13:16:27
Benoît Lemaire
2010-04-05 17:32:16
Eric Volant
2010-04-05 15:59:04
J-P Proulx
2010-04-04 17:41:23
Christian Duclos
2010-03-24 07:24:53